Tombeau de Néfertiti : une approche critique

Depuis longtemps, l’auteur pense que plusieurs des dogmes granitiques à la base de l’égyptologie devraient être “dépoussiérés” car ils sont désormais de moins en moins conciliables avec les découvertes continues faites grâce à des technologies de plus en plus sophistiquées jour après jour. Des années plus tard, cependant, si pour la vieille école autoritaire de cette discipline académique tout est resté plus ou moins le même, au moins la communication a changé car, si auparavant pour avoir des nouvelles des nouvelles découvertes ou hypothèses il fallait consulter exclusivement des publications spécialisées, aujourd’hui il suffit d’aller sur le web pour connaître en détail les dernières nouvelles presque en temps réel.

Contexte et réalité

Mais malheureusement, cette accessibilité immédiate à l’information a parfois ses avantages et ses inconvénients et c’est ce qui arrive à une probable nouvelle découverte, déjà sensationnelle en soi si elle est confirmée, qui passe littéralement au second plan car pour la rendre plus attrayante aux yeux du grand public (et ainsi récolter des millions de “likes”), on n’a pas hésité à évoquer un autre personnage considéré comme peut-être beaucoup plus attachant que le Roi Tut dans l’imaginaire collectif contemporain.

L’époque est en effet révolue où, avec la découverte de la tombe de Toutankhamon, l’égyptomanie et la Tutmania ont explosé dans le monde entier au point que, pour être à la mode, tout devait être caractérisé par l’incontournable style égyptien, parfois poussé à la limite au point de devenir vulgaire (pensez que même l’emballage de nombreux aliments pour animaux et préservatifs comportait des étiquettes faisant référence à l’Égypte ancienne ou à Toutankhamon), Et donc, étant donné que l’annonce d’éventuelles nouvelles pièces dans la tombe du roi Toutankhamon n’a peut-être pas été très frappante, dès le premier lancement de la nouvelle (le 11 août de cette année) voici que Reeves fait apparaître Néfertiti sur le devant de la scène car le Times l’a titré “La tombe de Toutankhamon pourrait abriter la tombe perdue de Néfertiti”.

Impacts médiatiques

Évidemment, la nouvelle a immédiatement rebondi dans les médias du monde entier, de même que les lancements ultérieurs (dont le dernier, fin novembre, auquel on a donné la probabilité de 90 i grâce à trois jours de balayage avec un système radar japonais), mais.., si certaines sources continuent de rappeler à juste titre qu’il faut attendre l’évolution de la situation car il ne s’agit pour l’instant que de suppositions (qui entre autres choses ne font pas l’unanimité) et de citer les différentes théories sur la figure de Néfertiti, d’autres titrent déjà pour sûr la découverte de la tombe de la reine tandis que d’autres encore donnent pour certain que Néfertiti était la mère de Toutankhamon, ce qui expliquerait pourquoi “sa” tombe a été utilisée pour enterrer le jeune roi.

Comme si ces “certitudes” infondées et trompeuses ne suffisaient pas, nous avons également lu des reconstitutions fantaisistes de ce qui se cache derrière les murs, à savoir des pièces secrètes encore pleines d’offrandes et de mobilier funéraire et, bien sûr, la chambre funéraire avec le sarcophage de la reine à l’intérieur. En un mot, vous l’avez dit, car le célèbre dicton “le sujet est riche, on va s’y coller” n’a jamais eu un contexte aussi approprié.

Il est donc facile d’imaginer comment tous ces “enrichissements” gratuits et sans aucun fondement, juste pour surfer sur la vague médiatique afin de catalyser l’attention de lecteurs toujours plus nombreux, peuvent agacer l’écrivain et tous ceux qui, comme elle, ont consacré de nombreuses années d’étude à l’approfondissement de la XVIIIe dynastie, et en particulier les figures d’Akhenaton, Néfertiti, Smenkhkara et Toutankhamon, comme en témoigne son récent livre “La malédiction du soleil obscurci” (Aracneeditrice-2015) où des centaines de pages sont consacrées à cette dynastie et à ces personnages et auquel nous renvoyons pour de plus amples informations et une bibliographie.

Représentations

Tout aussi ennuyeuse est l’image déformée que de nombreux textes et documentaires continuent de donner du couple royal Toutankhamon-Ankhesenamon au moment de leur mariage. L’écrivain, en effet, ne comprend pas pourquoi vous continuez toujours à prospecter de façon idyllique comme un couple d’enfants du même âge à la merci d’événements trop grands pour eux, “oubliant” non seulement qu’Ankhesenamon était plus âgée que Toutankhamon (à tel point qu’elle était le troisième enfant d’Akhenaton et de Néfertiti né en l’an 4 alors que Toutankhamon était né en l’an 12) mais aussi qu’avant elle avait déjà épousé son père Akhenaton (dont elle a peut-être eu un enfant, Ankhesenamon-Tasherit) en l’an 16 et, à sa mort, Smenkhkara, comme le rapporte un petit objet en argile. Puisque dans la dix-huitième dynastie les mariages des rois avec des filles et/ou des sœurs étaient coutumiers, quel est l’intérêt de déformer une telle réalité historique, puisqu’il existe des archives ?

Ne pas mentionner les précédents de la jeune reine, en fait, non seulement ne met pas en évidence la complexité des relations des princesses au sein des familles royales égyptiennes parce qu’elles ne pouvaient épouser que les parents les plus proches, mais aussi parce que sa vie conjugale avait été troublée et souffrante car, avant d’épouser Toutankhamon, à peine âgée de dix-sept ans, elle avait déjà été deux fois veuve.

Et des documents, apparemment à ce moment précis intentionnellement oubliés par ceux qui “claironnent” la maternité de Néfertiti, il y en a aussi sur la véritable mère de Toutankhamon. Peut-être que tout le monde n’est pas au courant que cela avait déjà été identifié par un scanner en 2005 sur la “Jeune femme”, trouvée dans la tombe KV35 d’Amenhotep II avec la “Vieille femme” (identifiée ensuite avec certitude avec Teje), grâce aux caractéristiques spécifiques de son crâne qui présente une asymétrie à l’arrière, un sous-développement du côté gauche et un petit fragment d’os entre les plaques postérieures, exactement comme le crâne de Toutankhamon.

Etudes scientifiques

Cette momie, même si elle n’avait pas été scientifiquement établie, avait été associée pendant de nombreuses années à Néfertiti et d’autres à Merytaton (consort de Smenkhkara) mais, depuis que le scanner a été réalisé par Zahi Hawass, toujours convaincu que Toutankhamon était le fils d’Akhenaton et de Kiya (sa plus jeune épouse), évidemment à la fin les résultats ont conduit à exclure toute preuve conduisant à une association qui n’était pas celle avec Kiya. C’est pratiquement comme cela que quelques années plus tard, avec les enquêtes basées sur les recherches archéologiques, la tomographie et la technologie médico-légale, Hawass aurait établi de manière “irréfutable” que Toutankhamon était le fils d’Akhenaton. Comme on peut le voir dans “La malédiction du soleil obscurci”, cependant, les mêmes preuves apportées pour confirmer “indiscutables” par le professeur sont tout aussi conciliables (en fait, pour l’écrivain, elles le sont davantage) avec Smenkhkara, à tel point que Hawass lui-même, quelques mois plus tard, a redimensionné son enthousiasme initial pour la découverte frappante en admettant qu’il ne pouvait être exclu que le père de Toutankhamon soit aussi Smenkhkara. La seule chose établie à l’époque est donc que le père de Toutankhamon a été identifié dans l’individu de KV55 mais pas identifié avec certitude, étant donné la double possibilité Akhenaton-Smenkhkara.

En revanche, la mère est identifiée avec certitude et sans l’ombre d’un doute. En 2010, en effet, tout le monde a été profondément déçu car les résultats des tests ADN de la “Jeune femme”, toujours réalisés par Hawass, faisant enfin la lumière sur sa véritable identité ont invalidé les associations faites jusqu’alors avec Néfertiti, Merytaten et Kiya. Cette momie, en fait, était bien la mère de Toutankhamon mais, comme Akhenaton, elle était une fille d’Amenhotep III et de Teje. Vraisemblablement, pour cet auteur, la fille cadette Beketaten née dans les dernières années du mariage, puisque les quatre autres filles du couple royal (Sitamun, Isis, Henuttaneb et Nebetah) ne sont jamais mentionnées pendant le règne d’Akhenaton car peut-être déjà mortes. De Beketaton, cependant, nous avons des nouvelles jusqu’à la mort de Teje, qui, selon les érudits, a survécu à son mari pendant environ 12 ans, donc non seulement jusqu’à une période conciliable avec celle de la naissance de Toutankhamon (année 12 d’Akhenaton) mais, puisqu’après elle n’est plus mentionnée, ce qui suggère que la jeune femme aurait pu mourir en couches, ce qui à l’époque n’était certainement pas rare.

Investigations et enquêtes

Sur la base de ce qui vient d’être écrit, vous pouvez donc constater que 5 ans après cette découverte sensationnelle, il est vraiment déplacé de continuer à parler de Néfertiti comme de la mère de Toutankhamon, discours qui, s’il avait été tenu avant 2010, n’aurait pas fait un pli.

En ce qui concerne la “tombe” de Néfertiti, en revanche, le discours est différent. La mort de Toutankhamon a été soudaine et, compte tenu du peu de temps disponible entre le décès et la cérémonie funéraire, il a probablement été adapté dans une tombe déjà presque achevée, car celle que le roi était en train de construire dans la Vallée des Rois, près de celle de son grand-père Amenhotep III, était encore loin d’être terminée. Les décorations, en effet, vu les coulures de couleur non retouchées, ont été préparées rapidement uniquement dans la chambre funéraire alors que les murs des autres pièces sont lissés mais sans peintures. La probabilité qu’il existe d’autres environnements possibles dans KV62 est donc vraiment très élevée mais, quoi qu’en dise Reeves, rien ne permet pour l’instant de confirmer que la tombe originale aurait pu appartenir à Néfertiti.

Pour l’auteur, il n’y a qu’un seul cas où le KV62 pourrait avoir un lien possible avec Néfertiti. On pense en effet que la tombe pourrait être celle d’Ay, le successeur de Toutankhamon, dont la construction aurait commencé dans la Vallée des Rois alors qu’il n’était pas encore roi (celle construite à Amarna est restée inachevée). Par conséquent, puisque la majorité des érudits croient que Néfertiti était sa fille, si les chambres adaptées à Toutânkhamon étaient en réalité la tombe préparée initialement pour Ay, peut-être que derrière les murs pourraient se cacher des environnements possibles dans lesquels un Ay aurait pu faire ritumulare secrètement la reine pour sauvegarder les restes d’une possible profanation parce qu’Akhenaton, de nombreuses années après sa mort, était encore appelé “l’Ennemi d’Amarna”.

Cette possibilité, qui vient d’être exposée, n’est donc pas si éloignée car même Toutankhamon aurait pu réunir dans KV55 des objets et du mobilier (y compris la momie de son père et le sarcophage qui la contenait) provenant de plusieurs tombes d’Amarna car, parmi les débris sous le cataletto qui soutenait le sarcophage, on a trouvé plusieurs fragments de sceaux en argile dont certains avec son cartouche. Par conséquent, si Toutankhamon avait encore fait enterrer secrètement à Thèbes le corps de son père dans la cachette de la tombe KV55, rien n’exclut qu’Ay ait pu aussi faire enterrer secrètement sa fille dans la tombe qui était en cours de construction à Thèbes.

En attendant d’autres développements, limitons-nous donc pour l’instant à cette sensationnelle découverte probable de nouveaux environnements possibles dans le KV62, indépendamment de ce qui pourrait se cacher derrière les murs. Le Roi Tut, en effet, même seul, dégage encore tout son charme, exactement comme dans les années trente du siècle dernier.