Patriarcat – Ce qu’il signifie, comment il affecte la société et ce qui a déjà changé.

Dans un premier temps, l’histoire de la reconnaissance des droits des femmes est, d’une certaine manière, récente. Dans le passé, la société suivait le principe du patriarcat. C’est-à-dire une société qui prend la domination masculine comme base de tout.

Avant tout, une société patriarcale est une institution sociale qui valorise le pouvoir masculin par rapport au pouvoir féminin. Y compris dans tous les domaines, qu’ils soient politiques, sociaux ou familiaux. De plus, dans un système patriarcal, il est courant de valoriser les comportements machistes.

Il convient également de noter qu’à cette époque, il était assez courant de maintenir les femmes en marge de la société. C’est-à-dire, soumis au pouvoir des hommes.

Outre l’oppression que les femmes ressentent constamment, on attend d’elles qu’elles suivent des principes, une conduite et des comportements qui ne sont destinés qu’aux femmes.

Mais heureusement, il y a eu une évolution sociale. En gros, depuis quelques années, le patriarcat perd de sa force et la “vague féministe” gagne du terrain. Cependant, il n’est pas encore possible de dire que la guerre a été gagnée.

Bien que certaines institutions aient changé au fil des ans, la domination masculine perdure dans diverses sphères, notamment au sein de la famille. C’est parce que c’est quelque chose de culturel, transmis de génération en génération.

Qu’est-ce que le patriarcat ?

A priori, le mot patriarcat vient de la combinaison de mots d’origine grecque, pater, qui signifie père, et arkhe, qui signifie origine ou commandement. Avant tout, au sens littéral, le mot patriarcat signifie l’autorité de l’homme à travers la figure du père.

Même ce terme a été utilisé pendant des années pour décrire un modèle familial dominé par les hommes. Parallèlement, les agrégats de la famille étaient les femmes, les enfants, les domestiques et les esclaves, tous sous la domination et les ordres du “chef de famille”.

Fondamentalement, le système patriarcal est une manière d’instituer des normes et des lois qui valorisent le pouvoir et la domination des hommes sur les femmes. Cette valorisation était encore plus accentuée dans les différences culturelles présentes dans les idées et les pratiques de la vie quotidienne, plutôt que dans les différences biologiques entre les hommes et les femmes.

Cette exaltation de la figure masculine s’étend même à la littérature. À tel point qu’au XIXe siècle, il était courant de trouver des auteurs utilisant le terme “patriarcal” de manière flatteuse, et se vantant du pouvoir masculin. De plus, pour ces auteurs, il s’agissait d’un âge d’or.

Aussi parce qu’à cette époque, la vie à la campagne était plus louable. C’est parce qu’elle était plus simple et plus “accueillante” que la vie en ville. Ceci, à son tour, a été vu avec un regard de beaucoup de corruption et de décadence causée par l’industrialisation.

Et il est certain que, dans ce contexte, les femmes étaient marginalisées à la fois comme auteurs et comme personnages.

Cependant, cette vision et cette exaltation de l’homme dans la littérature ont commencé à être modifiées après les dénonciations des auteurs socialistes. Par exemple, Friedrich Engels, J. J. Bachofen et Hugh Maclennan, qui ont marqué cette période.

Histoire sémantique

Surtout, avant le XIXe siècle et l’apparition de nouveaux sens de la hiérarchie dans l’organisation des sociétés, le patriarcat était strictement lié aux chefs de l’Église catholique. Même pour certains auteurs sacrés, les patriarches étaient les premiers chefs de famille.

En général, ce sentiment de caractériser le patriarcat comme quelque chose de sacré se retrouve encore dans l’Église orthodoxe. Il existe même une expression pour le désigner : “le patriarche de Constantinople”. Ce sens religieux est encore placé comme premier sens de patriarcat dans les dictionnaires français.

En revanche, dans les dictionnaires anglais, ils mettent en avant le sens contemporain et social, dans lequel les idées féministes apparaissent avec plus de conviction. Cependant, dans tous ces domaines, le mot patriarcat fait référence à l’autorité des hommes sous tous ses aspects.

Le second sens historique, par contre, a été donné par St. Morgan et Bachofen. Fondamentalement, ils pensaient que le droit maternel était remplacé par le droit paternel. Bachofen a même appelé cela le patriarcat. Il est intéressant de noter que non seulement ces auteurs, mais aussi Engels et Bebel étaient d’accord avec ce deuxième sens du mot.

Quant au troisième sens, il a été désigné comme le sens féministe contemporain. Au fond, il s’agissait d’une continuation de la seconde, mais contrairement aux auteurs socialistes, les féministes ne croyaient pas en l’existence d’un matriarcat originel. De plus, ils ne croyaient pas non plus aux théories de l’évolution.

Par conséquent, le sens que les féministes ont donné au patriarcat a prévalu et continue d’être compris comme une domination des hommes, qu’ils soient pères biologiques ou non.

Théories féministes

Dans un premier temps, pour les grandes théoriciennes féministes, comme Sylvia Walby, le patriarcat peut se manifester de deux manières. Le premier d’entre eux est la forme privée. C’est-à-dire dans la famille, où les femmes sont exclues de la sphère publique et sont directement contrôlées par des individus patriarcaux. Il s’agit des pères, des grands-pères, des maris ou d’une autre figure masculine.

La deuxième forme est le patriarcat public. Ici, fondamentalement, les femmes ont accès à la sphère publique et aussi à la sphère privée. Cependant, même ainsi, elles continuent à être subordonnées aux hommes.

De manière générale, ce changement du patriarcat dans la sphère publique et privée est une forme d’interaction entre l’expansion du capitalisme et la vague du féminisme.

Patriarcat X Capitalisme

Mais, après tout, qu’est-ce que le capitalisme a à voir avec le patriarcat ? Fondamentalement, dans l’histoire, les deux coexistent.

Selon le mouvement féministe, depuis les années 1970, le patriarcat présente deux caractéristiques distinctes : la première est désignée dans l’état d’esprit de ceux qui l’utilisent comme faisant partie du système, et non comme une relation individuelle.

Dans le second volet, les féministes ont opposé le “patriarcat” au “capitalisme”. L’un est différent de l’autre et aucun ne réduit l’autre. Cependant, cette analogie impliquait un moment politique où le féminisme était confronté aux hommes dans les organisations politiques.

Fondamentalement, pour ces organisations, la subordination des femmes était l’une des conséquences du capitalisme. Cependant, à cette époque, l’État avait un caractère patriarcal. Pour cette raison, les femmes pensaient qu’il serait impossible de concilier l’idéologie féministe avec l’État. C’est parce qu’elle était contaminée par la domination et le pouvoir des hommes.

Par conséquent, le mouvement féministe anticapitaliste a cherché à combattre ce système social, dominé par les hommes. Même les principales figures de l’autorité suprême et qui détenaient le pouvoir ultime de l’État étaient des hommes. Et ils le sont toujours, malheureusement.

Cependant, il est important de souligner qu’il y avait des groupes de féministes qui croyaient que le patriarcat était une domination masculine historique. Elle correspondait donc à des formes spécifiques d’organisation politique. Même pour eux, quelle que soit la transformation des institutions, la domination masculine resterait constante (ils avaient raison !).

Le mouvement féministe

D’une manière générale, on peut mettre en évidence trois types distincts de vague féministe. En fait, le premier de ces événements s’est produit à la fin du XIXe siècle. À l’époque, les femmes se battaient pour l’égalité politique et juridique.

La deuxième vague s’est produite dans les années 1960 et 1970. Fondamentalement, le programme des femmes était le droit au corps et au plaisir. En fait, ils se sont battus contre les privilèges sexuels des hommes sur les femmes.

La troisième vague a donc émergé au milieu des années 1980, et a été marquée par le mouvement féministe noir. Ils se sont même battus contre les oppressions raciales et les inégalités de classe.

D’une manière générale, pour le mouvement féministe, le patriarcat est un système de hiérarchies basé sur la domination masculine et l’inégalité des sexes au sein de la société. Par-dessus tout, l’intention de ce mouvement, depuis le tout début, a toujours été de mettre fin à la perpétuation du patriarcat dans la société.

Fondamentalement, ce système patriarcal est considéré comme oppressif envers les femmes et les personnes de genre non binaire. C’est-à-dire les personnes qui ne déterminent pas leur identité de genre. Même pour eux, le patriarcat existe depuis des années dans la politique, l’État et les sphères sociales.

Les féministes se battent également pour la liberté sexuelle des femmes. Et aussi pour mettre fin à la violence contre les femmes.

Par conséquent, toutes les vagues féministes qui se sont produites ont eu pour but de mettre fin à la domination des hommes sur les femmes. En fait, ils se battent pour l’égalité des sexes. En d’autres termes, elles luttent contre la structure sociale dans laquelle les femmes sont soumises au pouvoir des hommes.

Caractéristiques d’une société patriarcale selon le féminisme :

Seuls les hommes sont capables de conduire la vie sociale, morale, politique et économique ;

Pense que les femmes sont plus faibles, tant physiquement que mentalement. Par conséquent, ils sont incapables de prendre des décisions importantes au nom d’autres personnes ou même pour leur propre vie ;

L’obéissance et la subordination aux hommes sont des éléments essentiels d’une société patriarcale ;

Elle inculque l’idée de “masculinité” aux enfants dans le cadre de l’éducation. Même les fils reçoivent généralement un traitement préférentiel et une éducation avec une liberté sexuelle et morale, contrairement aux filles ;

Dans une famille patriarcale, c’est le père qui contrôle toutes les décisions économiques, sociales et morales concernant tous les autres membres de la famille.

Quelle est la différence entre le matriarcat et le patriarcat ?

En principe, il existe plusieurs différences entre ces deux types de systèmes. Par exemple, le matriarcat est une société dans laquelle le leadership et l’autorité sont centralisés entre les mains des femmes. Le patriarcat, quant à lui, est un système social dans lequel les hommes sont les dominateurs de tout pouvoir, contrôle et autorité sur les femmes.

Avant tout, la société matriarcale est généralement de nature matrilinéaire. C’est-à-dire que la descendance des jeunes générations passe par la mère. Même le titre de mère, les biens et l’autorité sont transmis de la mère à la fille.

En général, le matriarcat est un système social ouvert. C’est-à-dire que les gens sont libres de suivre leur propre chemin. Par conséquent, personne n’est tenu de suivre un quelconque code de conduite moral. En fait, la moralité dans ce système est quelque chose de personnel, et la seule règle est de ne pas manquer de respect ou de nuire à quelqu’un.

Le système patriarcal, quant à lui, suit une nature patrilinéaire. C’est-à-dire que la descendance est tracée de père en fils. Y compris, les fils obtiennent également le droit à la propriété et à l’autorité. En outre, ils héritent également du titre du père, et non de la mère.

Contrairement au matriarcat, le patriarcat exige des normes et des règles de conduite morale et éthique. Même ces règles sont extrêmement strictes et sont généralement régies par la religion ou le gouvernement lui-même. En outre, ce système tente d’enseigner aux gens la différence entre le bien et le mal, le bien et le mal, etc., le tout selon leur propre conception.