Premier voyage au Maroc : bon à savoir !

Ceci est la première partie de l’article “Maroc : un petit guide pour les voyageuses en solo”. Vous pouvez trouver la deuxième partie ici. Il y a des endroits qui ne connaissent aucune nuance. Il y a des expériences qui ne permettent pas de trouver un juste milieu.

Le Maroc est comme ça : soit on l’aime, soit on le déteste.

D’habitude, ceux qui partent seuls au Maroc pour un voyage se retrouvent très bien ou très mal et vous, qui dispensiez des conseils en regardant vos amis partir avec un peu de mélancolie, vous restez sur le bord de la porte, comme une grand-mère qui appréhende, en pensant “Comment ça va se passer cette fois-ci ?”. Comme sur notre groupe Facebook, le sujet revient souvent, vous avez pensé faire un article global répondant à toutes les questions posées, en me basant évidemment sur mon expérience et mon point de vue. Pouvez-vous voyager seul au Maroc ? Sachant qu’il sera pratiquement impossible d’être seul.

C’est votre première expérience ?

Cela dépend de vous et de votre histoire mais, s’il vous appelle, il y aura une très bonne raison : allez-y. Le Maroc est un pays en croissance économique où le tourisme est en plein développement et dans les villes les habitants sont habitués aux voyageuses, même solitaires, donc il n’y a pas de problèmes. En général, il y a un tel contrôle social que je pense qu’il est difficile d’être en danger, en restant dans des lieux fréquentés et pendant la journée. Les habitants aiment vous accueillir et vous faire sentir en sécurité.

Quand y aller ?

N’importe quand, vraiment. Vous avez hiverné à Casablanca et il n’a jamais fait moins de 20 degrés. Bien sûr, cela ne s’applique pas aux montagnes ou au désert. Elle est magnifique au printemps, lorsque les amandiers sont en fleurs, et à l’automne. Vous éviteriez l’été, lorsque les températures sont vraiment très élevées.

Dove andare ?

Vous voulez voir tout le Maroc ? Super. Prenez trois mois. Peut-être trois ans. Peut-être une vie entière. Le Maroc est la porte de l’Afrique et c’est un pays lent. Mon conseil est de vivre comme eux, en entrecoupant chaque activité d’une pause. À mon avis, il est judicieux de circonscrire une zone et de partir, en prenant le temps de se perdre dans la Médina, de se faire des amis, de marchander jusqu’à l’épuisement, de manger, de se réveiller tranquillement !

Vous avez dit Medina, c’est quoi ?

Toutes les villes anciennes ont un centre historique fortifié, souvent piétonnier, ce qui signifie : piétons, vélos, cyclomoteurs fous, chevaux, charrettes mais pas de voitures, qui s’appelle “mdina”. Certaines sont constituées de ruelles si étroites qu’on ne peut même pas ouvrir les bras, fraîches quand “dehors” il fait 40 degrés, sombres la nuit. Il est très facile de se perdre et c’est ce qui est beau, mais à Marrakech et à Fès, se perdre devient aussi un moyen d’attirer des personnes qui ramassent “professionnellement” les touristes et les mettent en sécurité, en les faisant évidemment payer. Malheureusement, peut-être en de rares occasions, pour les voler. Je ne recommande pas d’y aller la nuit, surtout seul. Par conséquent, vous éviteriez de réserver un lit à l’intérieur si vous prévoyez de sortir dans l’obscurité.

Le désert :

Vous n’y êtess jamais allée et c’est sur votre liste de rêves de 2018. Partout, il y a des agences qui organisent des circuits, plus ou moins bon marché. Vous pouvez improviser lorsque vous êtes sur place ou vous organiser avant de partir. Je n’ai jamais voyagé avec eux mais par le biais d’Internet vous avez parlé plusieurs fois avec plaisi.

Mais comment vous habiller ?

Il n’y a aucune restriction en matière d’habillement et certaines des femmes marocaines elles-mêmes s’habillent à l’occidentale. Vous aimez beaucoup entrer en contact avec les habitants et les personnes âgées (qui au Maroc sont une source de pureté et de paix) et pour ne pas les contrarier on recommande des vêtements adaptés au contexte. Le voile n’est pas absolument obligatoire (sauf si, même si c’est une hypothèse lointaine, vous rendez visite à une famille en deuil). Vous avez toujours porté un pantalon et un T-shirt, exactement comme vous vous habillez en Italie. Vous éviteriez les hauts, les nombrils et les mini-jupes car les locaux n’y sont pas habitués et vous pensez que vous manqueriez l’occasion d’être accueilli de manière pure et authentique, ce qui est une des spécialités du pays, après le couscous. Vous pensez que c’est une façon d’avoir un impact, aussi faible que possible, sur la Terre que vous visitez. Dernière chose, pour les femmes fumeuses, elles ne sont pas vraiment habituées. La femme qui fume, sauf dans les clubs ou dans des contextes très modernes de la métropole, n’est pas bien vue et est souvent perçue comme une prostituée. Mais vous pouvez fumer avec conscience.

Que devez-vous porter à la plage ?

Cela dépend toujours du lieu. Il y a des zones où les gens ne sont pas vraiment habitués au costume et même les petites filles vont dans l’eau tout habillées et puis il y a Casablanca, où l’on dirait que c’est à Rimini. Les bikinis ne sont pas interdits, mais on vous conseille de voir comment est la région et de vous comporter en conséquence pour vous sentir à l’aise.

Comment marchander ?

Comme vous, les gens n’ont aucune dignité. Plus ou moins comme ça. Surtout à Marrakech, Fès, Casablanca, n’ayez pas honte. Vous avez toujours fait les meilleurs achats dans la capitale. Si on vous demande 200 DH pour une paire de ballerines, sachez qu’à Rabat vous les avez achetées pour 65DH. S’ils vous demandent plus de 50 DH pour un henné sur votre main, ils vous trompent (les locaux paient 10 DH). Vous avez appris à le faire comme un jeu et non comme un combat et évidemment pas avec n’importe qui : avec le monsieur qui vend les lampes dans la rue, avec sa femme malade sur une serviette étendue sur le sol et qui va probablement dormir le soir dans les bidonvilles, je refuse de marchander. Vous lui donnez ce qu’il demande. Vous achetez de la nourriture ou des choses pour les enfants mais vous ne donnez jamais d’argent. Pour le reste, de grands bavardages, une langue commune (ou un supposé mari marocain !) le énième thé à la menthe et beaucoup de patience aideront.

Comment vous défendre contre l’insistance des hommes ?

Votre conseil est de ne pas vous mettre en colère car cela pourrait vous créer des problèmes, on vous suggère plutôt d’ignorer les commentaires, ou de les prendre avec ironie et peut-être d’apprendre quelques mots en darija qui les surprendront et les feront rire en brisant la tension créée. Vous admettez vous être promené avec des écouteurs dans les oreilles pour ne pas entendre ce que, après plusieurs semaines, vous avez perçu comme du harcèlement. En même temps, plus vous êtes calme et serein, moins les autres vous harcèleront. S’il vous arrive ensuite de vous promener avec une ou plusieurs femmes, le nombre de commentaires va chuter de façon vertigineuse. Si vous vous promenez avec un homme du pays, il ne restera que quelques aventures d’un brave ou d’un ivrogne. Si vous êtes alors avec une femme marocaine plus âgée, vous ferez l’expérience du pouvoir magique de devenir transparent. En général, au Maroc, vous apprenez plus qu’à “dire” non, vous apprenez à “les prendre”, donc à percevoir et respecter votre espace personnel et à écouter la petite voix dans votre ventre qui vous dit quand c’est dangereux et quand ça ne l’est pas. N’oubliez pas que vous êtes de (fabuleux) occidentaux avec un passeport rouge dans un pays dont il n’est pas facile de sortir de manière régulière. Peut-être êtes-vous aussi grand, blond, aux yeux bleus et heureux, vous  voulez dire qu’ils vous remarquent. Et non, ils ne peuvent pas vous remarquer en silence. Malheureusement, le Maroc est aussi une destination pour le tourisme sexuel des deux sexes, de sorte que quelqu’un pourrait même essayer de vous attirer comme client.

Quant aux hommes :

Ne vous saluez pas en vous embrassant sur la joue, sauf si vous êtes vraiment proches. La main est bonne, mais vous pouvez rencontrer des hommes qui refusent de vous la donner en tant que femmes. Les femmes, par contre, passeront plus de temps avec vous que tante Carmela à Noël. Que vous le vouliez ou non. Si vous succombez au charme de l’œil d’ébène, sachez que les hôtels demandent souvent un certificat de mariage et que le concubinage est illégal. Alors, la vérité est qu’au Maroc, vous faites tout sauf être conscient.

Assurance voyage :

Vous n’en avez jamais fait. Mais vous feriez mieux. Les soins de santé publics au Maroc sont effrayants et les soins de santé privés coûtent très cher. De plus, vous retrouver dans un pays dont vous ne connaissez pas la langue en tant que malade, vous l’avez vécu et ce n’est pas agréable.