Ortie dans la phytothérapie : qu’est-ce que c’est ?

La grande ortie est originaire d’Europe et d’Asie, la petite ortie de tout l’hémisphère nord. Les deux espèces ont été naturalisées comme mauvaises herbes dans de nombreux pays du monde. Le matériau de la drogue provient d’occurrences sauvages en Bulgarie et dans d’autres pays d’Europe centrale et orientale.

L’ortie dans la phytothérapie

En phytothérapie, toutes les parties de l’ortie sont utilisées. Les plus couramment utilisées sont les feuilles entières ou coupées séchées (Urticae folium) et les parties aériennes entières ou coupées séchées de la plante (Urticae herba).

Les racines de la plante (Urticae radix) sont principalement utilisées pour les troubles urinaires. Les fruits ou “graines” de l’ortie (Urticae fructus) ne sont utilisés qu’en médecine populaire.

Cueillir l’ortie sans se piquer

La manière la plus simple de cueillir l’ortie sans se piquer, c’est de mettre un gant, tout simplement ! Epais, de préférence.

Si vous désirez faire une grosse cueillette ou que vous êtes très très sensibles aux piqûres, c’est sûrement la meilleure manière de procéder.

Si vous n’avez pas de gants, il vaudra mieux saisir la tige d’ortie à la base, là où elle a très peu de poils urticants, en la caressant par en dessous.

Une fois cueillir, l’ortie se consommera aussi bien crue que cuite !

Si vous voulez la manger crue dans la nature faites une boule et roulez deux ou trois fois entre vos doigts ensuite vous pourrez la consommer sans vous faire piquer la bouche. A la maison, vous pourrez la manger finement hachée en salade.

N’ayez pas peur du côté piquant de l’ortie. Elle perd son piquant dès qu’elle est blanchie quelques minutes dans l’eau ou au séchage si vous en ramassez pour des infusions, et même lorsque vous la mixez crue. Vous pouvez préparer un jus d’ortie si vous avez un extracteur de jus ou la cuire pour faire une soupe. Pour tout savoir sur comment l’utiliser, rendez-vous dans cet article.

Saviez-vous qu’il existait des plants d’ortie mâles et femelles ? Pour ne pas la confondre avec sa cousine, l’ortie brûlante, le meilleur critère c’est de vérifier si cela pique !

Caractéristiques de l’ortie

L’ortie est une plante vivace qui peut atteindre 1,5 m de haut et porte des feuilles caractéristiques, ovales, pointues, gris-vert, aux bords nettement dentelés. Les feuilles portent des poils urticants et hérissés qui provoquent une sensation de brûlure au contact de la peau. C’est également la base du nom générique Urtica, qui est dérivé du latin “urere” (allemand : “brûler”).

La petite ortie (Urtica urens L.), qui ne pousse que jusqu’à une hauteur d’environ 50 cm, est également fréquemment utilisée en phytothérapie. Contrairement à la petite ortie, les inflorescences de la grande ortie sont plus longues que les pétioles des feuilles. Les panicules de fleurs allongées sont jaunâtres chez les plantes mâles et blanchâtres à violet clair chez les spécimens femelles.

L’ortie est ensuite plutôt simple à cuisiner. En soupe, en omelette, dans des smoothies, des jus, en quiche, en salade, en pesto, en infusion, dans un cake, un appareil à tarte, dans le muesli. L’ortie se consomme de 1001 façons, comme un légume classique finalement. L’ortie séchée (en poudre ou en feuilles) se trouve facilement chez les herboristes, dans les magasins bio et naturels. La plante fraîche est plus rare dans le commerce

Caractéristiques des feuilles d’ortie

L’herbe d’ortie se compose de feuilles fortement ratatinées, vert noir sur la face supérieure et vert clair sur la face inférieure, avec parfois des poils urticants, ainsi que de morceaux de tige vert brun, fortement sillonnés. Parfois, des parties des panicules de fleurs vertes sont également présentes. La proportion d’inflorescences ne doit pas dépasser 2 % pour les feuilles et les herbes de l’ortie, et la proportion de parties de la tige ne doit pas dépasser 5 %.

La substance médicamenteuse de la racine d’ortie consiste en des morceaux de racine gris-brun, courbés de façon irrégulière, d’environ 5 mm d’épaisseur et présentant un sillon longitudinal clair. La racine est creuse en section transversale, la surface coupée est blanche.

Odeur et goût de la plante

Les feuilles d’ortie ne dégagent qu’une très faible odeur, la racine est inodore. L’odeur du fruit de l’ortie rappelle celle de la carotte.

Ni les feuilles d’ortie, ni l’herbe d’ortie, ni les fruits, ni la racine n’ont un goût particulièrement caractéristique.

Ortie, une richesse minérale insoupçonnée

La partie aérienne de l’ortie renferme de nombreux actifs: des vitamines du groupe B (B2, B5, et acide folique), A, C, E, des minéraux tels que le magnésium, le fer ou la silice et des oligo-éléments (cuivre, zinc). C’est sa richesse en silice, en zinc, mais aussi en vitamines qui la rend très utile pour le traitement des ongles cassants et fragiles, et des cheveux ternes et fourchus. Elle agit également en stimulant la pousse des cheveux. Son action bénéfique dans le traitement de l’acné et de plusieurs autres irritations cutanées (eczéma infantile et eczéma nerveux) s’exerce grâce à l’effet anti-inflammatoire du zinc. C’est un bon reminéralisant qui, grâce au fer et à l’acide folique, peut être recommandé pour traiter les cartilages usés des personnes souffrant d’arthrose ou de rhumatismes, notamment lors de la ménopause. L’ortie est enfin connue pour ses propriétés toniques et anti-asthéniques et, grâce à sa teneur en fer, elle constitue un bon supplément pour la femme enceinte.

L’ortie et ses vertus médicinales

L’ortie possède trois qualités reconnues :

Elle est un très bon diurétique pour irriguer les organes comme le rein ou la vessie, sous forme de capsules, de feuilles séchées, de jus frais, d’extrait fluide ou de teinture alcoolique.

L’ortie en cataplasme associée à l’argile verte agit contre les douleurs de l’arthrite et des rhumatismes. Laissez agir 30 minutes au moins. Les feuilles lyophilisées combattent le rhume des foins.

La racine soulage la miction en cas d’inflammation bénigne de la prostate. La racine de l’ortie peut être absorbée séchée ou transformée en extrait normalisé.

L’ortie pour les tracas quotidiens

Appliquée en lotion, l’ortie lutte contre l’acné. En bain de bouche, la plante se révèle efficace contre les infections : aphtes, gingivite, angine. L’ortie est aussi une alliée de la femme enceinte, la plante favorisant la stimulation du lait maternel. L’ortie est également utilisée dans la composition de produits favorisant la repousse des cheveux, mais aucune étude scientifique ne vient étayer cette vertu hypothétique.

L’ortie : votre allié détox, reminéralisante, anti-inflammatoire

L’ortie possède de multiples atouts comme l’explique une experte qui officie à l’herboristerie du Palais Royal à Paris : “grâce à sa teneur en silice, l’ortie est une plante hautement reminéralisante qui agit de façon globale, elle retentit sur quasiment tous les systèmes : osseux (lutte contre l’ostéoporose), cutané (acné, eczéma, psoriasis), rénal”.

En nettoyant les reins, elle a aussi une action détox. Elle soulage les problèmes articulaires et les rhumatismes, les sportifs souffrant de tendinites, d’entorses peuvent l’ajouter sans hésiter à leurs menus et profiteront de ses vertus anti-inflammatoires.

Avec sa teneur en fer parfaitement assimilable, l’ortie fait partie des plantes antianémiques à conseiller aux femmes aux règles abondantes, en cas de coup de fatigue, d’anémie. Elle agit également en prévention contre les carences et contre les allergies saisonnières “à prendre en cure de 3 semaines par mois à compter de février” conseille Caroline Gayet. La consommation régulière d’ortie nous rend également plus résistants aux infections.

Posologie : tisane, gélule

En cas de douleurs rhumatismales, troubles du sommeil ou de l’appétit, fatigue intellectuelle et physique :

  • En infusion : 3 cuillerées à soupe de feuilles séchées pour 50 cl d’eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Boire 4 à 6 tasses par jour.
  • En décoction : 1 cuillerée à soupe de feuilles pour 25 cl d’eau froide, porter à ébullition eau et plante, faire bouillir 2 minutes les feuilles, laisser infuser 10 minutes et filtrer. Boire 2 à 4 tasses par jour 3 semaines par mois.
  • En gélules dosées à 250 mg : 2 le midi et 2 le soir au cours du repas.
  • En extrait hydro-alcoolique : 30 gouttes dans un verre d’eau matin et soir.
  • En jus frais : 2 cl, 2 fois par jour.

Dangers

Les feuilles d’ortie peuvent provoquer des réactions allergiques en cas d’usage prolongé.

Précautions et contre-indications

L’utilisation de l’ortie n’est pas conseillée aux femmes enceintes ou qui allaitent, ainsi qu’aux enfants de moins de 12 ans. Elle est également contre-indiquée en cas d’œdème ou de cancer de la prostate. L’usage de la racine en cas de troubles prostatiques exige un suivi médical.

Effets secondaires indésirables

Les rares effets secondaires liés à l’ortie : nausées, diarrhées, allergies, notamment cutanées. Chez l’homme, des troubles de l’érection sont possibles. Si vous êtes sous traitement médicamenteux, prenez soin de le préciser à votre médecin ou à votre pharmacien avant de vous faire prescrire un traitement phytothérapeutique.