8 causes peu connues de la constipation

La constipation est un désagrément qui est souvent pris pour acquis dans la vie de certaines femmes. Nous connaissons déjà les principales causes de ce problème.

Il s’agit d’une mauvaise alimentation, d’un mode de vie sédentaire et d’un niveau de stress élevé. Par conséquent, l’exercice, une bonne alimentation et le fait de rester calme sont déjà capables de faire disparaître la constipation.

Mais dans certains cas, ces changements d’habitudes ne sont pas suffisants. C’est le cas si la cause de la constipation est une autre maladie.

Souvent, il peut aussi s’agir d’un médicament que la femme prend en ce moment. On en a répertorié quelques-uns pour vous, au cas où vous souffririez de cette maladie et ne parviendriez pas à changer votre réalité. Voici 8 raisons peu connues de la constipation.

Hémorroïdes

Les hémorroïdes peuvent en effet provoquer la constipation. En raison de la forte douleur dans la région anale, la personne a tendance à devenir plus tendue. Cette tension peut interférer avec le fonctionnement du transit intestinal et provoquer une constipation. Une surveillance médicale est nécessaire pour résoudre ce problème.

Mauvaise utilisation de la supplémentation

L’utilisation de compléments sans avis médical peut entraîner un certain nombre de problèmes de santé. La constipation est l’une d’entre elles. L’excès de calcium et de fer présent dans ce produit finit par nuire au fonctionnement de l’intestin. Il y a une juste quantité que chaque personne doit prendre. Il est donc essentiel de consulter un médecin avant de l’utiliser.

Diabète

Le diabète est une maladie qui rend difficile l’absorption du glucose par l’organisme et qui peut également causer des dommages aux nerfs de l’organisme. Y compris les nerfs de l’intestin, qui empêchent son bon fonctionnement. Par conséquent, pour résoudre le problème de la constipation, il est nécessaire de contrôler le diabète.

Grossesse

En raison des différents mouvements hormonaux dans le corps d’une femme enceinte, qui changent beaucoup pendant les neuf mois, l’intestin peut finir par connaître des problèmes pendant cette période. Cette situation s’aggrave encore plus au cours du dernier trimestre de la grossesse. Pour éviter cela, il est bon pour les femmes enceintes de maintenir un bon régime alimentaire et de faire des exercices légers.

Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est une maladie qui altère les mouvements des intestins, provoquant des douleurs et des crampes sévères. Ce trouble peut entraîner une constipation, où la personne ne peut pas évacuer. Une aide médicale est nécessaire.

Antiacide

L’hydroxyde de magnésium piège normalement l’intestin, et c’est avec lui que l’antiacide est fabriqué. Pour ne pas courir le risque de prendre ce type d’antiacide et d’avoir l’intestin bloqué, lisez l’étiquette et prenez-en un qui contient également de l’hydroxyde d’aluminium, ce qui vous permettra de garder l’intestin équilibré.

Antidépresseur

Les médicaments destinés à combattre la dépression provoquent souvent la constipation. L’explication la plus largement acceptée est que ce médicament affecte la transmission des nerfs pour que l’intestin fonctionne. Si l’antidépresseur vous rend constipé, demandez à votre médecin de changer de médicament.

Analgésiques

Les analgésiques sont couramment utilisés par les personnes qui se remettent d’une maladie ou qui ont de fortes douleurs et ont besoin de ce médicament. Dans certains cas, on prescrit des analgésiques de type opioïde, qui agissent presque comme la morphine. Ce médicament peut entraîner une constipation. Le médecin peut recommander un laxatif à prendre avec le médicament.

Quels sont les symptômes de la constipation ?

Les symptômes de la constipation chronique comprennent :

  • Dépasser moins de trois selles par semaine ;
  • Avoir des selles grumeleuses ou dures ;
  • S’efforcer d’avoir des selles ;
  • Sentiment qu’il y a un blocage dans votre rectum qui empêche les selles.

La constipation peut être considérée comme chronique si vous avez présenté au moins deux de ces symptômes au cours des trois derniers mois.

Comment diagnostiquer la constipation ?

Il faut faire un diagnostic d’exclusion.

Les symptômes fonctionnels associés à la constipation ont été standardisés par les critères de Rome. La constipation est définie par au moins deux des critères suivants pendant 12 semaines et au cours des 12 derniers mois :

  • Effort de poussée pour au moins 25 % des défécations ;
  • Moins de trois selles par semaine ;
  • Absence de selles molles ;
  • Sensation d’évacuation incomplète dans au moins 25 % des cas.

Un examen physique sera également effectué. Il peut inclure le temps de transit colique, la manométrie ano-rectale et la colonoscopie. Les fluides corporels peuvent également être testés. Cela peut être fait avec des tests sanguins. Également, les structures corporelles devront peut-être être consultées. Cela peut être fait avec : radiographie abdominale, lavement baryté, rectosigmoïdoscopie ou coloscopie flexible.

Les aliments à éviter si on ne veut pas être constipé(e)

La constipation occasionnelle touche une personne sur trois, majoritairement les femmes. Il suffit souvent d’ajouter des légumes verts riches en fibres, des fruits frais et de boire suffisamment et régulièrement tout au long de la journée pour que ce problème de transit passager disparaisse. Mais parfois, certains choix nutritionnels empêchent l’intestin de se remettre au travail. Pour retrouver un transit régulier, voici quelles sont les familles d’aliments à éviter absolument.

Les produits laitiers

L’immunoglobuline G (IgG) est une des protéines que l’on trouve dans le lait, le fromage et autres produits laitiers que l’on soupçonne de provoquer des problèmes gastro-intestinaux chez les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Il provoquerait aussi de la constipation chez les personnes qui ont un régime riche en produits laitiers.

Si vous ne pouvez passer une journée sans lait, il est préférable de consommer du lait fermenté qui renferme une grande quantité de bactéries lactiques vivantes (les probiotiques) qui équilibrent le microbiote intestinal.

Les pâtisseries

Que ce soient les gâteaux de votre boulanger ou les cookies industriels, toutes ces douceurs ont en commun d’être riches en matières grasses, pauvres en fibres et très pauvres en eau. Bref, elles ont tout pour constiper.

Si vous ne pouvez terminer votre repas sans une petite douceur, choisissez des desserts riches en fibres : un bol de framboises, une poire cuite au four ou encore une barre aux flocons d’avoine et aux fruits secs.

Le fast-food

On sait tous que le menu du fast-food est riche en graisses et pauvre en fibres. Ce que l’on sait moins c’est qu’après un tel menu, notre intestin met beaucoup plus de temps à effectuer son travail d’évacuation. Tout simplement parce que le sel des aliments capte l’eau de l’intestin, qui en a besoin pour éliminer les déchets.

Donc, pour accompagner votre menu au fast-food, oubliez les sodas et buvez au moins 1,5 litre d’eau dans la journée.

Les bananes

Si les légumes et les fruits sont conseillés en cas de constipation, les bananes sont les seuls fruits qui font exception. Lorsqu’elles viennent d’être cueillies et qu’elles sont à peine mûres, le sucre qu’elles contiennent se trouve à l’état d’amidon, ce qui peut à la fois causer ou aggraver une constipation.

Si vous aimez trop les bananes (par ailleurs excellente source de potassium) pour vous en passer, laissez les mûrir hors du frigo et consommez-les quand elles sont bien mûres et que l’amidon s’est transformé en sucre.

Comment soigner naturellement la constipation ?

Occasionnelle ou chronique, la constipation est un retard ou une difficulté à évacuer les selles. Elle touche 1 personne sur 4 et concerne les femmes dans 4 cas sur 5. Douloureuse, elle se soigne néanmoins facilement et avant de prendre des médicaments, vous pouvez essayer ces solutions naturelles pour la soigner.

Les massages pour soigner la constipation

En cas de transit paresseux, il est conseillé de se masser le ventre deux fois par jour (matin et soir).

Pour ce faire, posez votre main au niveau de l’appendice, puis effectuez des cercles en la remontant sous les côtes. Appuyez sans forcer et réalisez 6 cercles au maximum.

Si vous entendez votre ventre faire du bruit, c’est bon signe ! Cela signifie que le massage est efficace et qu’il stimule vos intestins.

Installez-vous tranquillement aux toilettes

Lorsque l’on souffre de constipation, il est possible de se retrouver de longues minutes aux toilettes. Vous n’arrivez pas à évacuer vos selles ? Prenez votre temps et surtout mettez-vous dans de bonnes conditions.

Installez un petit marchepied afin de relever vos pieds, comme si vous étiez accroupi. Cette position respecte mieux votre physiologie et permet, par conséquent, une meilleure évacuation.

Essayez, dans la mesure du possible, de ne pas vous focaliser sur l’évacuation et occupez-vous l’esprit. Lisez un magazine ou une BD, faîtes des mots-croisés ou des sudokus. En bref, oubliez ce pour quoi vous êtes assis !

Buvez de l’eau

Bien souvent, les personnes souffrant de constipation, ne boivent pas assez. Dans l’idéal, il faudrait boire entre 6 et 8 verres par jour, de préférence entre les repas.

Pourquoi faut-il boire autant ? Tout simplement pour ramollir les selles et permettre une meilleure évacuation.

Privilégiez une eau riche en magnésium, c’est-à-dire avec 50 mg de magnésium minimum. Choisissez bien votre bouteille d’eau minérale et soyez vigilant lorsque vous lisez l’étiquette.

Mangez des fibres

Pour soigner naturellement la constipation, il est indispensable d’adopter une alimentation riche en fibres. Vous en trouverez dans les fruits et les légumes entre autres.

Mangez des fruits et des légumes crus de préférence et si possible, n’enlevez pas leur peau. Ainsi, vous profiterez au maximum de leurs propriétés laxatives.

Les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs, etc.) et les céréales complètes (le son d’avoine en particulier) sont également une bonne source de fibres.

Des aliments anti-constipation

Certains aliments sont réputés pour soigner la constipation. Le plus connu ? Le pruneau ! Ce fruit sec a la spécificité de stimuler la contraction des intestins.

Autre aliment laxatif, le psyllium. Cette plante, de la même famille que le plantain, se transforme en gel une fois dans l’intestin et va faciliter l’évacuation des selles.

Vous pouvez aussi consommer des graines de lin qui se transforment en mucilage et ont les mêmes propriétés laxatives que le psyllium.

En quoi le psyllium aide-t-il pour la constipation ?

Nombreuses sont les études à avoir montré que le psyllium soulage la constipation. Combiné avec de l’eau, le psyllium gonfle ce qui va stimuler la contraction des intestins et aider à accélérer le passage des selles dans le tube digestif. Le psyllium est largement utilisé comme laxatif en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.

Le son d’avoine, pour accélérer le transit

Dans quel cas ? En cas de constipation passagère, et si vous ne souffrez pas de problèmes intestinaux en temps normal.

Pourquoi ça aide ? Le son d’avoine est riche en fibres solubles qui accélèrent vite le transit, en augmentant le volume du bol alimentaire et en stimulant les contractions intestinales. il contient aussi des fibres insolubles, plus agressives pour les intestins.

Comment l’utiliser ? Vous le trouvez au rayon bio des supermarchés ou dans les boutiques bios, vendu sous forme de poudre. Consommez 1 cuillerée à soupe par jour, selon votre tolérance, à saupoudrer dans un yaourt, une compote.

« Mais attention, ne dépassez pas une semaine à dix jours de traitement, car il peut alors devenir irritant ! Évitez-le si vos intestins sont fragiles : il augmente le risque de gaz, de ballonnements et de douleurs abdominales », explique un Dr qui rajouter qu’il ne faut pas l’utiliser avant l’adolescence.

Des probiotiques, en traitement de fond

Dans quel cas ? Lorsque la constipation est associée à des ballonnements, des gaz, et une digestion difficile. «C’est une bonne solution lorsque l’intestin est trop fragile pour tolérer les pruneaux ou en cas de syndrome de l’intestin irritable».

Pourquoi ça aide ? «Les probiotiques ont une action globale sur les fonctions intestinales», précise le gastroentérologue. Ils rééquilibrent la flore perturbée en cas de constipation chronique, ils augmentent les bons gaz et le volume du microbiote, ce qui augmente la fréquence et le volume des selles.

Comment les utiliser? «Il faut choisir des produits qui ne contiennent pas plus de deux ou trois souches, avec une concentration entre 1 et 10 milliards de ferments par unité de prise», conseille le Dr Cargill. Préférez les souches Bifidobacterium (bifidum, infantis) ou Lactobacillus (rhamnosus, acidophilus), en cure de 20 à 40 jours minimum.